D’Atenco au Mexique à Notre Dame des Landes ….


Recevez notre salut fraternel,Companer@s, nous voulons les informer des raisons de notre présence dans votre pays.Nous sommes La Resistencia de México, groupe de musique Ska, Reggae et Fusion, qui avons participé à de nombreuses  luttes au Mexique, comme  celles des étudiants, des paysans et des indigènes en résistances. Cette année nous célébrons 20 ans de vie artistique. Et nous voulons partager avec vous la parole et notre musique.Des invités particuliers nous accompagnent dans cette tournée. Ce sont Ignacio del Valle et Cayo Vicente intégrants du Frente de los Pueblos en Defensa de la Tierra (Front des Communes en Défense de la Terre) de San Salvador Atenco, qui luttent contre les projets capitalistes de construction d’un aéroport sur leurs terres.Nous accompagnent également le collectif de production En la Linea qui filmera les luttes et les témoignages que nous rencontrerons au cours de la tournée.Nous voulons être avec les gens qui, comme nous, luttent chaque jour pour construire une réalité meilleure. Nous voulons les saluer et les remercier pour leur temps, leurs regards et leurs paroles de force et de courage. Nous voulons les rencontrer, les écouter et partager nos expériences et 20 ans de musique.Merci pour votre attention.
La Resistencia de México
9 mexicains sont actuellement en tournée en Europe pour rencontrer les gens en résistance ici, parler de la lutte des gens d’Atenco contre un gros projet d’aéroport et jouer de la musique. Un documentaire est réalisé sur la tournée pour faire le lien entre les luttes d’ici et là-bas.
Ces 9 personnes sont 2 militants du Frente de los Pueblos en Defensa de la Tierra d’Atenco (Ignacio del Valle, paysan, qui a fait 4 ans de prison de 2006 à 2010 et Cayo Vincente, prof et musicien qui vit à Atenco) + Le groupe ska rock reggae La Resistencia d’Mexico (5 musiciens) qui depuis 20 ans s’engage dans des luttes au Mexique + un réalisateur du collectif En la Linea + un chroniqueur de la tournée.
Les compas voient du pays et surtout des gens. Après Paris, ils sont allés à Nancy, Metz, Dusseldorf, Hambourg, Francfort, en ce moment ils sont en Belgique puis ils vont à Barcelone, Toulouse et région, Nantes de nouveau, St Nolff et retour à Paris le 30 juin.
Article sur la lutte d’atenco : ici

Vidéo du passage des mexicains à la ZAD de Notre Dame des Landes, lors des concerts pour la chaîne humaine :

http://www.dailymotion.com/video/xzyqh6_d-atenco-au-mexique-a-notre-dame-des-landes_news#.UccICc7i-Ps

Vidéo expliquant (en espagnol) l’objectif de la tournée :
Différents documents sur Atenco (dont le film Romper el cerco), La Resistencia, .
Liens vers quelques vidéos de La Resistencia d’Mexico :
la kapucha   http://youtu.be/70D5jN-EpFk

como viene se va http://youtu.be/VyzRsMgppqA
suena el esqueleto http://youtu.be/Lz5DUCBqg5o
contigo hasta el final http://youtu.be/Mhyh0D5m0Ig
Les soirées qui se sont déroulées jusqu’à présent étaient souvent comme suit :
– projection suivie d’une prise de parole Ignacio del Valle et Cayo Vicente du FPDT (en général Cayo joue un ou deux morceaux à la guitare acoustique avant ou après que Ignacio parle. Ignacio est un gars très impressionnant et émouvant, prévoir 1 h de débat c’est bien ;
– concert de La Resistencia d’Mexico : 1h ou 1h30
Les musiciens sont 4 gars et 1 fille : 1 chanteur+ melodium, 1 guitare, 1 basse, 1 batteur, 1 chœur et petites percussions
à prévoir sur place : 5 micros + 1  ampli guitare + 1 ampli basse + 1 batterie complète OU au minimum des pieds pour poser leur caisse et leurs cymbales.
Description du film sur http://promediosfrance.free.fr/index.php?option=com_content&task=blogcategory&id=15&Itemid= recopiée ci-après. C’est surtout la première partie qui raconte la lutte. Romper el cerco est sur la répression de 2006 :

ATENCO

État de Mexico, banlieue de la capitale, 2001. Une communauté à la fois urbaine et paysanne fait échouer un des plus gros projets économiques impulsé sous la présidence de Vicente Fox : un aéroport entouré de couloirs industriels ou routiers les privant de leur terre. Comment la lutte a changé toute l’existence d’un groupe humain.
En 2006, l’État mène une sanglante revanche. Il s’agit ici de démonter le lynchage médiatique accompagnant cette répression ainsi que la version officielle admettant quelques bavures isolées de la part des forces de l’ordre. Une stratégie de terreur destinée à frapper une partie de la population afin de paralyser l’ensemble du pays. ¡ TIERRAS SI, AVIONES NO ! suivi de
LA RÉVOLTE DES MACHETTES
30 min. et 30 min. / Gringoyo
Productions / Mexique 2002.Octobre 2001 : dans le cadre d’un projet économique mégalomane (le Plan Puebla Panama) le tout nouveau gouvernement mexicain annonce la création d’un aéroport qui desservira tout le centre du pays, sur les terres de communales de San Salvador Atenco. Les paysans d’Atenco, comprenant que cet aéroport signifie non seulement l’expropriation de leurs terres mais aussi leur disparition comme communauté vont s’opposer à cette entreprise. Confrontés au pouvoir de l’État et de la finance, ils vont passer du désespoir à la résistance puis à l’autonomie avant de gagner cette lutte non sans en payer le prix du sang. Ceci est la chronique de leur combat.ROMPER EL CERCO
47 Min. / Canal seis de julio
et Promedios / Mexique 2006.Cinq ans plus tard, en pleine campagne électorale présidentielle, l’État se venge des paysans d’Atenco en déclenchant une série de provocations qui aboutiront à une répression sauvage dans une ambiance de lynchage médiatique et de quadrillage militaire. Ce documentaire dénonce la façon d’opérer des mass médias officiels, responsables de la création d’un climat de peur, ainsi que les atteintes aux droits humains commises, sur ordre, par les forces de police contre la population augurant une série d’actions répressives au Mexique.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s