SERIE – La folie des grands projets inutiles en Europe

Barnabé Binctin (Reporterre) , mercredi 19 mars 2014

De plus en plus gros, de plus en plus chers, de plus en plus inutiles : les « Grands projets inutiles et imposés » (GPII) se multiplient sur le continent européen. Reporterre s’y intéresse en profondeur. Premier volet de notre enquête.


A de nombreuses reprises ces derniers mois, Reporterre a couvert l’actualité des GPII en France : Notre Dame des Landes, la Ferme-usine des Mille vaches, le grand stade à Lyon, le barrage de Sivens dans le Tarn, les projets de centrale biomasse à Gardanne ou à Pierrelatte.

Mais ces projets d’infrastructures ne sont pas une spécificité française ; les pays voisins en Europe voient également se développer sur leur territoire des cas identiques : la gare de Stuttgart en Allemagne, l’aéroport de Ciudad Real en Espagne, le projet de mine à Rosa Montana en Roumanie, ou bien encore le projet de liaison ferroviaire Lyon-Turin porté conjointement par la France et l’Italie.

La tendance à la multiplication de ces projets prend sa source dans la crise économique et financière des années 2000. « Pour relancer l’économie, on a vu resurgir le mythe des grandes infrastructures. La situation de crise a ainsi conduit les bailleurs publics à soutenir massivement de plus en plus de grands projets » explique Malika Peyraut, chargée de campagne Institutions Financières Internationales aux Amis de la Terre France.

Problème ? L’absurdité de ces projets, qui n’apparaissent guère décidés selon les critères de l’intérêt général : « Ne sont pris en compte ni la volonté des communautés locales ni les nécessités de la transition énergétique. De plus, sur le plan économique, ce sont des investissements très coûteux qui nécessitent un temps long d’amortissement : ce n’est pas non plus cohérent avec les besoins du moment » poursuit Malika Peyraut.

Vers une définition commune

Tous ces projets ont un dénominateur commun : transfusant des fonds publics vers de grandes entreprises privées, ils se caractérisent par un impact écologique important et une planification sans concertation avec la population locale.

[suite : http://www.reporterre.net/spip.php?article5574 ]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s