ZAD du Testet – Mobilisations sur le terrain ! – (retour sur la journée du lundi 25 août 2014)

Non au barrage de Sivens ! Aidons les agriculteurs à économiser l’eau !


 

EDIT :   Mercredi 27 Août 2014  – Lancement d’une grève de la faim illimitée !

Article du collectif  : http://www.collectif-testet.org/actualite-203-lancement-d-une-greve-de-la-faim-illimitee.html


Ce lundi 25 août, le Conseil Général n’a toujours pas répondu à nos questions posées à nouveau il y a près de 6 mois mais il a envoyé les gendarmes protéger la capture d’espèces protégées (au moins la lamproie de Planer mais sans doute aussi les amphibiens).

 

Une centaine de gendarmes se sont relayés toute la journée pour empêcher les opposants de freiner l’avancement du chantier de déboisement.

 

Mais ils n’ont pas pu expulser les occupants d’une parcelle. L’expulsion n’est pas possible sans décision de justice et les opposants sont déterminés à ne pas laisser faire une expulsion illégale.

 

Le journal de France 3 Tarn a relaté les événements de la journée ainsi que Radio 100% et la Dépêche du Midi  publiera un article ce mardi 26. Le Tarn Libre publiera un article dans son édition hebdomaire vendredi prochain.

 

Après un an de demandes répétées de réponses à nos questions (voir ci-dessous) et d’un débat public contradictoire, le refus du Conseil Général nous oblige à commencer une grève de la faim pour obtenir satisfaction. Nous commencerons mercredi 27 août et la grève prendra fin à la réception de réelles réponses à nos questions et de l’acceptation par le Conseil général de participer à un débat public contradictoire. Le Président du Conseil Général et la Préfète (qui vient de quitter ses fonctions dans le Tarn) ont présenté le barrage de Sivens comme un projet d’intérêt général et même d’utilité publique mais ils ont été incapables de venir le justifier auprès du public (et des contribuables pourtant très sollicités).

 

Nous vous donnerons plus de détail sur le déroulement de la grève de la faim très bientôt… Tous les opposants sont invités à se mobiliser sur le terrain, notamment en se rendant sur place. Attention, la route D132 qui longe la zone humide est interdite à la circulation des véhicules. Voir le plan pour se stationner.

Source : www.collectif-testet.org/actualite-200-mobilisations-sur-le-terrain.html

 

Mobilisez vous en vous rendant sur place , ou :


 

Extrait de notre courrier du 27 février 2014 au Conseil Général :

 

« Dans notre précédent courrier, nous avons détaillé les événements qui se sont déroulés depuis les enquêtes publiques et qui justifie que le Conseil Général vienne expliquer au public pourquoi il poursuit ce projet. En refusant le débat contradictoire, il nous semble que vous avez peur de reconnaître que les élus du Conseil Général et les citoyens qu’ils représentent n’ont toujours pas de réponse aux questions essentielles suivantes :

 

Quels sont les besoins qui justifient aujourd’hui 434 000 m3 d’eau pour la salubrité ?

 

Quelle est l’étude qui justifie un soutien d’étiage du point de vue de la vie aquatique et qui compare, de fait, les impacts positifs et négatifs du barrage de Sivens sur la qualité écologique du Tescou ?

 

Quelle est la surface irriguée concernée par le barrage de Sivens et qui sera plafonnée comme vous l’affirmez ? Comment est-elle répartie sur le territoire, sur le parcours du Tescou ?

 

Combien d’agriculteurs s’engagent aujourd’hui à acheter de l’eau du barrage de Sivens et pour combien d’ha ? Quels sont les types de cultures concernées (en hectares ou en proportion) ?

 

Comment le volume d’1.5 Mm3 est-il justifié ?

 

Pourquoi, en 2007, le Conseil Général a-t-il fait le choix de réaliser un barrage d’un tel volume plutôt que de mettre en œuvre, d’abord, des mesures d’économies d’eau et une optimisation des 184 retenues collinaires existantes ainsi que leur mise en conformité avec la DCE 2000 à propos des débits réservés ?

 

Combien sera facturée l’eau au m3 ? Quel est le montant estimé de la participation des irrigants au coût de fonctionnement ?

 

Suite aux nouveaux engagements du Conseil Général sur les mesures environnementales, à l’actualisation du prix d’achat des terres agricoles et du coût des travaux, quel est le montant actualisé du coût de l’investissement ?

 

Quel est le montant actualisé du coût de fonctionnement sur 20 ans ?

 

Il ne nous semble pas déraisonnable de considérer que le Conseil Général doit apporter des réponses à ces questions afin de rendre des comptes sur l’utilisation de l’argent public et des ressources naturelles. Il nous paraît légitime que des citoyens membres d’associations agréées et qui étudient ce projet avec rigueur puissent exposer leur point de vue lors d’un débat contradictoire et équitable ».

 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s