ZAD Roybon : petite victoire ou plutôt un répit ?

Ce 23 décembre, le tribunal administratif de Grenoble a suspendu l’arrêté préfectoral du 3 octobre 2014 qui autorisait le projet au titre de la loi sur l’eau, donnant ainsi raison au blocage du chantier mis en œuvre progressivement depuis plus de deux mois sur la ZAD.

http://grenoble.tribunal-administratif.fr/A-savoir/Communiques/CENTER-PARCS

Communiqué :

Nous ne sommes plus étonné-e-s que Serge Perraud, le maire de Roybon continue de se positionner officiellement en faveur du projet. Celui-ci semble tisser des liens étroits avec Pierre et vacances au point de vouloir défendre ce projet en nom propre mais toujours en qualité de maire.

Nous n’en serions pas surpris-e-s car son groupe de transport (Scte Perraud et fils) a déjà été soupçonné d’avoir mis en œuvre des pratiques anti concurrentielles d’entente prohibé.

On vous invite à travailler dans ce sens et à nous communiquer les infos que vous pourrez trouver. Peut-être existe-t-il un lien entre ce groupe et Pierre et vacances.

Nous vous rappelons aussi qu’au fur et à mesure des évènements, le grand patronmaire  de Roybon tisse de plus en plus de liens avec des groupements a grosse tendance fasciste comme la secte patronale S.T.O.P (http://stopchefsdentreprises.com) et Mme d’Ornano, la représentante du front national de Grenoble avec qui il s’est affiché fièrement lors des manifs pro du 07/12.

Et nous sommes également en droit de nous poser la question de la présence de la société alternative sécurité  (185 cours liberation 38100 GRENOBLE) dans le village, bien installée vers la station service. Qui paye ces gens et Qui leur demande de suivre les véhicules en direction de la ZAD ?

Nous ne nous laisserons pas intimider par ces milices.

ANTIFA ANTIFA ANTIFAscistes !

Pierre et vacances a déclaré qu’il prenait la décision de se pourvoir en cassation auprès du conseil d’état.

Article tiré de Libération du 24 décembre :

« Si le tribunal administratif a suspendu l’arrêté préfectotal du 3 octobre 2014 qui autorisait le projet au titre de la loi sur l’eau, dans le même temps, il a rejeté trois recours qui attaquaient un second arrêté, -pris le 16 octobre- qui autorisait la destruction d’espèces protégées et de leurs habitants, en estimant « qu’aucun doute sérieux ne pesait sur sa légalité ».

C’est sur la base de cette double décision du tribunal administratif que l’équipe Pierre&Vacances- Center Parcs garantit qu’il est « légitime » de poursuivre le défrichement.

Soucieux de ne pas envenimer le débat, Center parcs va se rapprocher des services de l’Etat sur les modalités de reprise du chantier, dans un climat qu’il souhaite apaise et serein à la suite de ces décisions de justice »

Pierre et vacances prétend par cette décision pouvoir CONTINUER DE DÉFRICHER, à eux de trouver des bûcherons prêts à venir nous trouver…

PS : Les chiens nifleurs sont en poste à Roybon.

Les mutines et lutins de la forêt des Chambarans.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s