Auteur : laraindyjones

[Roybon] Fête des 3 ans d’occupation – 16 Décembre

Nous sommes heureuses-x de vous annoncer… que l’occupation de la forêt roybonnaise fête ses trois ans bientôt! Venez fêter ça le 16 décembre, toute la journée!

001

Journée co-organisée par plusieurs composantes de la lutte contre le Center Parcs de Roybon, et aussi dans le cadre du « mois d’urgence des luttes » déclaré en commun avec plusieurs lieux et personnes en luttes (parmi lesquelles l’Amassade en Aveyron, Bure, Notre-Dame-des-Landes, …).

Au programme :

9h : petit déjeuner à la barricade Sud (suivez le fléchage depuis Roybon). Ramenez de quoi grignoter !

10h-13h : balade en forêt commentée, avec présentation du livre Être forêts. Départ à Sud

13h : repas à ACAB (près de la barricade Nord)

14h-17h : chantier bois de chauffe à la barricade Nord
+ course d’orientation partant d’ACAB

à partir de 16h : goûter à la maison forestière de la Marquise

17h-20h : présentations et discussions autour de :

De Tout Bois, revue de lutte contre le Center Parcs de Roybon
A Pierre Fendre, journal d’opposition au projet de Center Parcs de Poligny (Jura)
– brochures : Tourisme, un marché du rêve et du divertissement, et NON (ou pourquoi nous ne proposons pas de projets « alternatifs »)

20h : banquet à la Marquise.
Avec grand feu de bois, scène ouverte acoustique et… gâteau d’anniversaire !

À partir de 20h : jeux forains à la Marquise.
+ tables de presse à la Marquise toute la journée.

Quelques détails pratiques :

Possibilité de se garer sur place à la barricade Sud (impasse de l’Aigue Noire du haut) et à la Marquise (4681 route de la Verne).
Possibilité également de dormir sur place dans des sleepings (plus ou moins chauffés!). Si besoin de couchages avec plus de confort, n’hésitez pas à nous contacter :

foret.occupee.roybon [arobase] riseup.net
0668214835

Nous rappelons aussi que les groupes antifascistes de Lyon organisent le lendemain, dimanche 17 à Lyon, une manifestation internationale !

Publicités

Préparons-leur un hiver ardent !

Déclaration commune d’habitant.es de territoires en lutte face au sommet climat du 12 décembre à Paris

Urgence dans les territoires comme dans la rue !

Habitant.es de zones menacées ou à défendre, nous nous sommes réuni.es à plusieurs reprises pour décréter ensemble un mois d’urgence des luttes de territoire. En effet, le mois de décembre qui approche risque fort de recouvrir un sens particulier pour nous, à au moins deux titres.

D’abord, ce sera l’occasion pour le gouvernement Macron – le 12 décembre – de célébrer les deux ans de la farce tragique que fut la COP21. Nul doute que notre Banquier national se fera une joie de se revendiquer héritier de l’accord sur le climat, et de se poser en champion incontesté de la « croissance verte », à peine un mois après avoir soutenu publiquement un projet destructeur de mine d’or en Guyane, et pris position, par la voix de son ministre, en faveur de l’enfouissement des déchets radioactifs.

De la COP 21, nous retenons pour notre part l’amertume d’avoir vu les principaux responsables du saccage climatique se rassembler impunément fin 2015 et prétendre avoir les solutions à leur propre folie, et la colère d’avoir vu nos manifestations interdites sous couvert d’état d’urgence. Mais nous nous rappelons aussi l’arrivée à Versailles et la joie débordante d’une tracto-vélo venue de Notre-Dame-des-Landes et rendant superflue commune après commune l’application stricte de ce nouveau régime d’exception…

Deux ans plus tard, le souvenir de ces convois venus de l’Ouest, mais aussi de l’Est et du sud-Est est encore bien vivace, d’autant plus que décembre 2017 pourrait bien être un mois charnière dans la lutte contre le projet d’aéroport. Il verra en effet se clore la « médiation » à l’issue de laquelle le gouvernement devrait statuer sur le sort de Notre-Dame-des-Landes. Qui sait, alors, si nous ne devrons pas retourner chercher les bâtons que nous avions plantés symboliquement près de la ferme de Bellevue en octobre 2016 pour, de nouveau, défendre la ZAD ? Qui sait si, en cas d’abandon, Notre-Dame-des-landes ne servira pas à faire mieux accepter une expulsion violente du Bois Lejuc, à Bure, ou de la forêt occupée de Roybon ? Quelque part dans ce champ de possibles, un moment historique se jouera dans tous les cas et nous nous tenons prêt.es à le saisir au vol.

L’heure de la convergence

C’est donc depuis ce double contexte que nous parlons, et que nous prétendons mettre le doigt sur ce qui, au-delà de la singularité de nos luttes, nous tient ensemble et nous anime. Quoi de commun en effet entre un éco-quartier à Dijon, un aéroport à Notre-Dame, une poubelle nucléaire à Bure, un transformateur électrique à Saint-Victor, une usine à pellets sur le plateau de Millevaches, une centrale à Biomasse à Gardanne, des forages miniers en pleine forêt amazonienne, une autoroute à Strasbourg, une autre entre Saint-Étienne et Lyon, une usine à gaz à Landivisiau, des mines en Centre Bretagne, de l’extraction de sable en baie de Lannion, etc. ? Sans doute beaucoup plus qu’il n’y paraît, en réalité.

En bloquant des logiques d’aménagement capitaliste du territoire, nous partageons au moins un certain amour des bocages, des montagnes, des plateaux, des plages, de la mer et des forêts. Nous partageons aussi une volonté de réappropriation de savoir-faire divers et, à travers eux, une intuition de ce que serait une vie plus indépendante des logiques de contrôle et de profit. Enfin, nous avons en commun d’être aux prises avec un certain type de discours écologique institutionnel, tel que celui porté par la COP21 : celui-là même qui maquille l’accumulation énergétique en « transition », qui promeut le nucléaire comme une énergie décarbonée donc « propre », qui verdit grossièrement aéroports et Center Parcs pour les rendre acceptables, qui vend sous les termes de smart et de green une dépossession totale de nos vies par des métropoles devenues intelligentes et connectées.

 

C’est assez pour nous convaincre de la possibilité d’une déclaration commune et de la nécessité d’un calendrier commun. Et c’est pourquoi nous, habitant.es de divers territoires en lutte, affirmons :

  • que nous ne sommes pas dupes des grand-messes environnementales et de leurs commémorations ;
  • que nous lutterons partout contre la destruction des terres agricoles et des forêts, que ce soit à la campagne (comme à Bure, à Roybon, à NDDL ou sur le plateau de Millevaches), autour des villes (comme à Strasbourg ou Gonesse) ou dans leur sein même (comme à Dijon) ;
  • que le gouvernement ne se débarrassera pas discrètement de la question de NDDL, et que c’est sous notre regard et à portée de nos voix qu’il devra se prononcer ;
  • qu’en cas de maintien de l’aéroport, nous sommes encore prêt.es à venir défendre la ZAD depuis nos territoires respectifs ;
  • qu’en cas d’abandon, celui-ci ne sera ni la pilule faisant accepter d’autres projets, ni une vitrine sympathique pour l’expulsion violente d’autres zones occupées. Nous appelons à la plus grande vigilance quant à la situation à Bure et à Roybon, tout au long de l’hiver!

Nous nous affirmons donc solidaires les un.es des autres, et prêt.es à nous soutenir mutuellement tout le long du mois de décembre et au-delà!

Calendrier commun des territoires en lutte :

2 décembre : Manifestation à Saint-Affrique contre le transformateur électrique RTE de Saint-Victor-et-Melvieu (plus d’infos : douze.noblogs.org)

6 – 12 décembre : pour la Saint-Nicolas, appel de Bure à une semaine d’actions décentralisées en réaction aux annonces d’Hulot. (plus d’infos : burestop.eu / vmc.camp)

9 décembre : Manifestation sur le plateau de Millevaches contre l’usine à pellets de Carbon Ingen’r Bugeat Viam (CIBV) (contact : biomassecritique@riseup.net)

16 décembre : Fête de la forêt de Roybon (plus d’infos : zadroybon.wordpress.com)

Pour des événements annoncés ultérieurement, il sera possible de consulter tout au long du mois de décembre l’agenda de zad.nadir.org

En parallèle de ce calendrier, d’autres événements organisés par ailleurs: 

8 décembre : Journée européenne contre les Grands Projets Inutiles et Imposés (événements à Lyon, Nièvre, Toulouse, le Havre…)

10 décembre : Tribunal des peuples à Paris (plus d’infos : pasuneurodeplus.info)

12 décembre : Actions à l’occasion de l’anniversaire de l’accord de Paris : sommet climatique à l’île Seguin

 

Signataires:

AVEYRON = L’Amassada (cabane et mouvement de lutte contre le transfo aux mille éoliennes)

BRETAGNE = Grain de sable dans la machine (baie de Lannion) / Collectif Monts d’Arré

BURE = Plein de chouettes hiboux de Bure / Bure Stop 55 / L’EODRA (association d’élus opposés à Cigéo) / CEDRA (Collectif haut-marnais contre l’enfouissement)

CENTER PARCS = Center Parcs Ni Ici Ni Ailleurs (coordination contre les Center Parcs de Roybon, de Poligny et du Rousset) / Des habitant.es de la forêt de Roybon / De Tout Bois (collectif de lutte contre le Center Parcs de Roybon) / Assemblée d’opposant.es à Center Parcs (Jura) / Collectif jurassien d’opposant.es à Center Parcs / Collectif Geai du Rousset 71 / Groupe Libertaire 71 / SOS Forêt Franche-Comté

CÉVENNES = Bogues

DIJON = Quartier libre des Lentillères

LYON = Collectif ZAD Lyon

MONTAGNE LIMOUSINE / PLATEAU DE MILLEVACHES = Collectif Biomasse critique

NDDL = Des habitant.es de la zad et opposant.es à l’aéroport de nddl et son monde

SAINT-ETIENNE = Assemblée de lutte contre l’A45… et plus encore

STRASBOURG = Des opposant.es au GCO (grand contournement ouest)

[Roybon] 18 et 19 Nov. Programme du weekend – Projections à la Marquise

Pizz’anarchiste sur fond des meutes

Toute la programmation a lieu dans la maison forestière de la Marquise.

 

Samedi :

15h-17h discussions autour de l’anarchisme aujourd’hui

18-19h30 projection du doc « Ni dieu ni maître, une histoire de l’anarchisme » 1ère partie

19h30-21h Pizza party (ramène ta boisson)au son des meutes (chorale de Die)

21h-22h30 2ème partie du doc « Ni dieu ni maître, une histoire de l’anarchisme »

Dimanche :

A partir de 10h Atelier pain (pour tous les âges)

Suivant les envies on peut poursuivre les discussions, chanter, se balader…

———–

Pour les discussions, l’idée est de partir d’extraits de texte puis d’échanger nos idées et nos connaissances autour de la variété des tendances anarchistes et de leur évolution ces dernières années.

La chorale « les meutes » sera présente et répétera dès le samedi après midi et ce pour tout le we, elle invite toutes les personnes ayant envie de chanter à les rejoindre.

Les boulangères seront présentes avec leur four mobile pour les pizzas et l’atelier du dimanche.

Possibilité de dormir sur place.

A bientôt dans les bois !

[Roybon] Ça brûle, on reconstruit !

Appel à chantier collectif du 4 au 11 Novembre dans la forêt occupée de Roybon !
Voici l’affiche de l’événement :

Pour des demandes / offres de covoiturages depuis Lyon, merci de nous contacter par mail:

Là : https://rhonenddl.wordpress.com/contact/
ou ici : rhonenddl [arobase] riseup.net

[Roybon] Point sur la situation

« Ça en est où, Roybon, au juste ? »

C’est l’automne, les feuilles tombent, les châtaignes aussi, et les champignons poussent… Et puis, chez les êtres humains, c’est l’agitation. Dans la forêt ou ailleurs, il s’en passe des choses dans leurs têtes… Une petite visite guidée ?

Pour commencer, petite promenade dans la nébuleuse juridique… L’année dernière, le projet de Center Parcs avait été bloqué sur deux points : à propos du réseau d’assainissement, qui avait été déclaré à revoir, et des zones de compensation (obligatoires pour la destruction d’une zone humide), jugées insuffisantes. Les deux dossiers ont été portés devant le Conseil d’État, dernière instance à pouvoir statuer.

Ce fameux Conseil vient tout juste de déclarer, ce vendredi 13 octobre, qu’il ne contesterait pas la décision concernant le réseau d’assainissement, et il est actuellement en train d’étudier la question des compensations. Il dira bientôt s’il rejuge ce point-là ou non. S’il le fait, une nouvelle audience sera annoncée (peut-être des mois plus tard…).

La question de l’assainissement, même si elle met des bâtons dans les roues des promoteurs, n’est pas un point de blocage définitif. Ils trouveront peut-être des arrangements. En fait ça les retarde plus qu’autre chose. La décision concernant les compensations est plus importante, car s’ils sont bloqués là-dessus, alors c’en est fini du projet tel qu’ils l’ont présenté en 2014. Mais nous avons plusieurs raisons pour ne pas vouloir crier victoire trop vite.

En effet, si on considère que cette décision possède le pouvoir de bloquer le projet, on peut s’attendre à ce qu’ils ne laissent pas tomber comme ça, non ? Le Conseil d’État est une institution aux pouvoirs très étendus, en lien avec les politiques(et donc aussi avec les lobbys économiques…) ; il ne serait pas étonnant que Pierre & Vacances sorte de là avec quelques modifications dans son projet plutôt qu’avec un non définitif.

Et si le Conseil d’État refuse de réexaminer le dossier, Pierre & Vacances pourrait bien pondre un nouveau projet, mieux adapté aux conditions légales, et obtenir les autorisations correspondantes. Ou autre magouille. On peut sans doute compter sur eux pour trouver un moyen de se remplir les poches.

On continue la balade : petit tour chez les forces de l’ordre. Il y a du mouvement: bruits qui courent, visites quotidiennes des policiers pendant un temps, hélicoptère… Ça se prépare, semble-t-il. Ça concorderait avec les nouvelles juridiques et le passage de l’huissier le 19 octobre, venu constater l’occupation de la forêt. Car oui, il suffit que la demande en soit faite par Pierre & Vacances (ou l’État pour la maison forestière) pour que démarrent des procédures d’expulsion. Une occupation, c’est, et cela restera, illégal.

Et c’est pas tout. De leur côté, les pro Center Parcs ont décidé de nous donner encore plus de fil à retordre dans tout ce remue-méninges ! Une cabane, « Palette Palace », a été incendiée le vendredi 6 octobre, en plein après-midi, en même temps que la barricade Nord se faisait saboter à (petits) coups de tronçonneuses… Pression supplémentaire pour nous, donc. D’autant plus que ce n’est pas la première fois que nous subissons ce genre de choses.

Face à tout ça, on se mobilise, pour (re)construire et faire vibrer les fourrés. Ça vous dirait, une balade en forêt ? Une semaine de chantier collectif sur la zone et à la maison forestière est prévue du 4 au 10 novembre (le 11, on fait la fête!), et plusieurs événements sont organisés durant le mois de novembre :

18-19 : weekend de projections sur l’histoire de l’anarchisme

25-26 : weekend textile : ateliers, conférences, discussions

Et en décembre, on fêtera nos trois ans !

Face aux vagues d’expulsions potentielles, chaque rencontre, chaque instant de fête, chaque chantier, chaque balade en forêt façonne nos possibles et dessine la force de nos liens.

Tant que Pierre & Vacances se promènera dans les bois, il nous y trouvera !