Auteur : pinoulelapin

Besoin de soutien à Bure !

Ça chauffe dans la forêt, des pelleteuses accompagnées de vigiles  ont été vus sur le site (http://vmc.camp/category/fil-info/), un appel à rejoindre les occupants de la forêt a été lancé afin d’empêcher l’expulsion :

http://vmc.camp/2017/01/19/forer-foret-landra-va-voir-de-bois-on-se-chauffe/

Contre le nucléaire et son monde !

 

Soirée sur les ZAD, le vendredi 20/01 au bar Les Clameurs

soiree-zad-1-version2

A l’automne 2012 à Notre-Dame-des-Landes, l’opération César était en cours. L’objectif ? Évacuer des opposants occupant une Zone d’Aménagement Différé, rebaptisé Zone A Défendre par ceux-ci, censée accueillir un aéroport, un projet vieux de 50 ans inutile et destructeur. Des affrontements plus ou moins violents ont eu lieu, faisant connaître la ZAD et l’envie de la défendre, via des collectifs de soutien qui sont nés dans toute la France. Sa victoire montra alors que lutter en occupant un territoire restait efficace, diffusant alors ce mode de lutte en France et ailleurs. Pourquoi une ZAD ? Qu’est-ce que ce mode de lutte, de vie ? Pourquoi sur Lyon un collectif de soutien a vu le jour, si loin de Notre-Dame-des-Landes ?

Pour connaître les réponses et en savoir plus, nous vous invitons à venir le vendredi 20 janvier à 19 heures au bar Les Clameurs (23 Rue d’Aguesseau, 69007 Lyon).

zad-partout

8 décembre : 7ème journée internationale contre les Grands Projets Inutiles et Imposés (GPII) Rassemblement à la Croix Rousse (Lyon)

Depuis maintenant quelque temps, nous entendons de plus en plus parler de ces fameux GPII (aéroport à Notre Dame Des Landes, barrage à Sivens, ligne à grande vitesse Lyon-Turin, Center Parc à Roybon, poubelle nucléaire à Bure et bien d’autres !), grands projets financés avec de l’argent public au profit d’une (ou plusieurs) entreprise privée, qui sont jugés inutiles par des enquêtes indépendantes et qui détruisent trop souvent des écosystèmes fragiles (comme les zones humides).

Ces projets contestés sont souvent passés en force contre l’avis des habitants qui vont être impactés, sans compter ceux qui ne peuvent pas donner leurs avis (la faune et la flore) alors qu’il n’y a même pas un an l’Etat nous enfumait avec de belles promesses lors de la COP21 (pour ceux qui y croyaient encore, nous, nous ne sommes plus dupes !).

Face au mépris des décideurs publics et des bétonneurs privés, nous sommes déterminés à récupérer ces questions cruciales, et le montrer en nous rassemblant à Lyon le jeudi 8 décembre à 19H, à l’esplanade du Gros Caillou sur le plateau de la Croix Rousse (station de métro Croix Rousse – ligne C).

Ramenez des bougies, de quoi jongler, faire de la musique, boire un coup, bref,  de quoi enflammer ce rassemblement et faire vivre notre légitime et joyeuse révolte !

elephant-gpii

[Saint-Etienne] 22-23 Oct. – Week-end d’action : désarmons la police, démilitarisons les conflits !

rip-remi
Depuis 1912 et les premiers gazs lacrymogènes, on voit se multiplier l’utilisation, par la police et l’armée, d’armes à létalité réduite. Plus couramment appelées  « armes non-létales », elles, et le système qui les encadre, font pourtant une quinzaine de morts par an. C’est notamment le tragique cas de Rémi Fraisse, tué par une grenade offensive sur la ZAD de Sivens, le 26/10/2014.

Grenades, Flash-Balls, Taser, la militarisation du maintien de l’ordre répond à une volonté de réprimer la moindre rébellion, la moindre résistance, la moindre déviance. Que ce soit dans les quartiers ou pendant un mouvement social, contre des sans-papiers ou des militant’es, la police et la gendarmerie usent de la force armée que l’État lui octroie.

Les armes policières utilisées en France et exportées dans le monde entier, sont fabriquées sur le sol français. Verney Carron à Saint Etienne, Alsetex dans la Sarthe, Nobel Sport à Pont-de-Buis sont les entreprises de ce commerce juteux.

Nous voulons mener une percée dans l’imaginaire en ciblant ceux qui produisent les armes de la police. En s’interrogeant sur la logistique qui fait vivre la répression, qui la met en œuvre et en ciblant ce que cette militarisation des conflits et ces politiques de terreur signifient au quotidien sur la population.
L’année dernière, un premier week-end de mobilisation avait eu lieu à Pont de Buis pour pointer l’usine (Nobel Sport) et sa production mortifère.dsarmons-la-police

Cette année nous organisons un week-end d’action, de forums et de rencontres les 22/23 Octobre 2016  à Saint-Etienne.

Samedi 22 octobre
A 11h, , accueil et infos avec le café à la Gueule Noire ( 16 rue du Mont à Saint Etienne)
A 15h, FAMAS’tival, parade costumée, animée par une visite guidée carnavalesque du patrimoine industriel de la capitale du FAMAS (Fusil d’Assault de la Manufacture de Saint-Etienne)
A partir de 19h, repas et concert de soutien : Tout doit disparaitre (New wave du mardi matin), Dubmentalist (porte bien son nom), DJ la tache (électro qui porte bien son nom)

Dimanche 23 Octobre (Programme en cours d’élaboration, changements probables à venir !)
10h/11h : – ateliers autodéfense (mixte/non mixte)
– ateliers pour une gestion non-violente des conflits par le MAN (mouvement pour une alternative non-violente)
11h/12h30 : table ronde « Le commerce et l’ industrie de l’armement français » (avec l’observatoire des armements et Mathieu Rigouste)
12h30/14H : pause
14h/15h30 : table ronde « De l’ordre colonial à l’état d’urgence permanent, évolution du maintien de l’ordre » (avec les collectifs Désarmons-les, Urgence Notre Police Assassine, Ishkashato, des militants de la cabane juridique de calais )
15h30/16h : pause
16h/17h : discussions : -face à la police/face à la justice, infos pratiques (avec désarmons les/ street-médics/caisse de solidarité)
17h/18h : assemblée de clôture.

Pour les mises à jour, et pour plus d’infos, voir le blog dédié à l’évènement:
http://desarmonslapolice.noblogs.org/

Cliquer sur l’image ci-dessous pour télécharger l’affiche A3, à imprimer et diffuser partout!

Affiche Forum A3 Définitive

Du 8 au 19 août : Deuxième manche de l’été d’urgence à Bure !

 

Tract 1

PDF - 2.8 Mo

Tract 2

PDF - 1.7 Mo

Aux confins de la Meuse, il se trame quelque chose. Depuis le début de l’été, nous avons multiplié les manifestations contre la poubelle nucléaire et son monde. Nous nous sommes rassemblé.e.s à plusieurs milliers devant le « laboratoire » et avons occupé, pendant 3 semaines, le bois Lejuc pour bloquer les travaux. La résistance au projet CIGEO a trouvé le point de ralliement qui lui manquait. Un nouveau front s’ouvre contre le diktat des aménageurs.

Tout au long de ces semaines, nous avons été de plus en plus nombreux-euses. Des personnes venues de toute la France et d’Europe ont convergé vers Bure pour de grands rassemblements festifs. Beaucoup de vies ont été bouleversées par les événements récents. Certain.e.s habitant.e.s se sont retrouvé.e.s à dormir sur les barricades, dans la chaleur du mois de juillet. Des paysan.ne.s ont bloqué les voies d’accès avec leurs tracteurs. Des gen.te.s d’ici et d’ailleurs sont présent.e.s au quotidien, pour quelques jours, ou pour s’installer progressivement. 
Ils plongent dans la lutte et s’attachent à cette terre qu’ils ne connaissaient pas il y a encore deux mois, décidés à peupler ce territoire hostile d’une joie indestructible.

Après nos premiers succès, nous avons aussi essuyé des coups au moral et sur les corps. Nous avons été expulsé.e.s de la forêt, puis nous y sommes retourné.e.s, fort.e.s d’une énergie collective encore jamais ressentie. L’intensité du mouvement a poussé l’Andra, derrière sa propagande bien rôdée, à révéler son vrai visage répressif : des manifestant.e.s ont été blessé.e.s par les flashballs des gendarmes, par les manches de pioche des vigiles ou placé.e.s en garde à vue. A l’orée du bois, l’agence érige maintenant des murs et des barbelés. Les hélicoptères de la gendarmerie survolent les villages.

 Plus que jamais, à Bure, l’été d’urgence est déclaré.

#Occupybure



Une première étape a été franchie. Nous devons désormais penser au coup d’après et enraciner la résistance. Nous appelons à deux semaines de rencontres, du 8 au19 août pour poursuivre les chantiers en cours,  à l’ancienne Gare de Luméville (à 5 kilomètres de Bure). Nous y installerons un campement pour construire, échanger et s’organiser sur le long terme. Venez avec vos envies, vos idées et votre matériel. Nous imaginons promenades, blocages, débats, jeux grandeur nature, ateliers… Toutes les énergies seront les bienvenues pour  faire le procès du nucléaire et de son monde !

Le week-end du 12-13-14 août sera le point d’orgue du campement. Vendredi 12 août au soir : concerts ; samedi 13 : ballades et présentation de la lutte et dimanche 14, à 11h : grande manifestation contre le projet CIGEO et l’accaparement du bois Lejuc. 

Retrouvons-nous massivement à Bure pour ensevelir la poubelle nucléaire sous une irréversible marée humaine !

C’est maintenant que ça se passe !!!



ANDRA, DEGAGE ! RESISTANCE ET AFFOUAGES !
 CONSTIPONS LE NUCLEAIRE ET LE CAPITALISME !

Plus d’information sur www.vmc.camp

source : https://rhonenddl.wordpress.com/wp-admin/post.php?post=19633&action=edit