manifestation

Retour sur la manif du 14/04 contre Verney Carron !

Nous étions entre 400 et 500 personnes rassemblées à Saint-Etienne le samedi 14/04/2018 pour protester contre les expulsions à la zad de NDDL.


Des retours et suivis ont déjà été faits sur d’autres sites, voir ici:

http://lenumerozero.lautre.net/Soutien-a-la-ZAD-Un-samedi-apres-midi-dans-le-centre-ville

https://rebellyon.info/SOUTENONS-LA-ZAD-samedi-a-Verney-19003

Voici quelques photos de plus et une vidéo :

Et aussi, voici le tract distribué pendant la manif :

SOUTENONS LA ZAD FACE AUX ARMES DE LA POLICE !

Depuis lundi 9 avril, une opération militaire d’une rare violence est menée sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, sans qu’on comprenne trop bien pourquoi.
Quelques dizaines de personnes y vivaient tranquillement dans des cabanes, cultivant leur potager, élevant des moutons, sur des terres qui – grâce à eux – ont été sauvées du bétonnage.
Pour soi-disant rétablir « l’ordre » sur la zone, et alors que des négociations venaient tout juste de s’engager avec la préfecture, le gouvernement vient d’envoyer 2500 gendarmes pour tout casser. Ce que MM. Macron, Hulot, Collomb cherchent à faire disparaître sous les bulldozers et les grenades, c’est l’idée même qu’il puisse être possible de vivre autrement, d’habiter différemment un territoire et d’en prendre soin collectivement.

Dans sa folle volonté de toute puissance, l’État s’est montré prêt à blesser gravement ses propres citoyen.es, voire à les tuer. Un dispositif militaire ahurissant a été déployé pour attaquer la ZAD, avec l’emploi de blindés et l’utilisation systématique de grenades, notamment de désencerclement, qui ont causé de nombreu.ses blessé.es, parfois graves.

Dans leurs opérations de « maintien de l’ordre », la police et la gendarmerie utilisent de plus en plus massivement des armes dites « non létales » (Flashball, LBD, Taser, grenade lacrymogène, assourdissante, de désencerclement, …), qui sont en réalité un petit peu létales quand même. Outrepassant sciemment leurs règles d’utilisation (tir à bout portant, dans la tête, …), les forces de l’ordre les utilisent pour mutiler – parfois tuer – celles et ceux qui sont dans leur viseur : migrant.es, manifestant.es, banlieusard.es, zadistes, etc. Ces armes servent aussi, à travers leur utilisation massive et arbitraire, à insinuer la peur parmi les citoyen.es : peur d’aller manifester, peur de participer à des actions collectives.

Depuis St Etienne (42) où l’usine Verney-Carron fabrique ces armes, nous dénonçons leur usage irraisonné et criminel par les forces de l’ordre. Nous adressons un message de soutien à la ZAD confrontée à un déchaînement de violence d’État. La brutalité de la répression ne viendra pas à bout de l’espoir qu’elle porte en elle et qui nous anime.

Publicités

31 mars 2018 – Manifestation contre toutes les expulsions !

Samedi 31 mars 2018
Fin de la trêve hivernale
Appel à prendre la rue contre les expulsions !

La précarisation lente et progressive de couches de plus en plus larges de la population attaque de manière déchirante toutes les catégories les plus faibles de la société. Elle met en péril de plus en plus de familles, de personnes isolé·e·s, d’étudiant·e·s…, jusqu’à l’impossibilité de pouvoir payer un loyer ou même de trouver un toit. La baisse des APL en septembre dernier atteste suffisamment de la disposition du gouvernement sur la question sociale. Partout le 31 mars va signifier, avec la fin de la trêve hivernale, des opérations policières pour priver d’habitat des précaires et mal-logé·e·s.

31 mars, expulsion nulle part !

Dans la même « dynamique », les conditions d’accueil sur le territoire ne cessent de se durcir et le projet de loi « asile et immigration » porté par Gérard Collomb enfonce le clou. L’ouverture de bâtiments devient une nécessité vitale, en ville ou dans des universités, pour les exilé·e·s même mineur·e·s. Ainsi plusieurs occupations ont eu lieu pour soutenir et mettre à l’abri des familles sans toit ou migrants privés de logement dans de nombreuses écoles de l’agglomération, à l’université Lyon 2, mais aussi des bâtiments vides comme l’amphi Z, la maison Mandela ou la Trappe. La fin de la trêve hivernale renvoie à la rue de nombreuses familles et personnes.

Tout le monde déteste les expulsions !

Après la victoire historique du mouvement anti-aéroport dans la région de Nantes, le gouvernement veut contenir la propagation de la vague de luttes de territoire face aux projets destructeurs. A Bure, à Notre dame des landes ou plus proche comme à Roybon et l’A45, ces lieux sont également en danger.

Résistance à toutes les expulsions !

Cette année toutes les tentatives d’expulsions feront face à une opposition déterminée ! En ce mois de mars 2018, les luttes pour l’habitat résonneront au côté des luttes salariales. Des manifestations auront lieu dans plusieurs villes en France.

Manifestation à 10h30

de Charpennes (place Charles Hernu)

à rue Bourgchanin (Maison Mandela)

Puis à l’amphi Z :

L’après midi

Repas et fête des voisins avec divers ateliers: jardin (mise en culture des terres arables), ateliers sérigraphie, stand coiffure, des tournois de foot et de pétanque, des prises de parole et de la musique

En soirée, dès 18h : des concerts !

A l’appel de : Soutien à l’Amphi Z, la Maison Mandela, La trappe, Agir Migrant, Jamais sans Toit, Collectif ZAD Lyon, la Clique des Ami·e·s de Bure, des soutiens à la lutte de Roybon (anti Center Parcs), des soutiens à la lutte contre l’A45, des squats…

 

[NDDL] – Appel du mouvement à manifester le 10 février !

Appel à converger massivement pour défendre la ZAD le 10 Février, date d’échéance de la DUP (Déclaration d’Utilité Publique) de l’aéroport.
Venons nombreuses et nombreux pour montrer que quelle que soit la décision du gouvernement concernant le projet, nous seront prêt·es à défendre ce territoire et les modes de vie qui s’y développent.

10 février 2018 – Pour un avenir sans aéroport
Tous et toutes sur la zad – Rdv à 10h30

affiche_webmoyen-moins_psychei_-texte_petit_-6c402

## Pourquoi converger massivement sur la zad le 10 février

Depuis des décennies, les 1650 ha de la zad sont menacés par un projet d’aéroport climaticide, destructeur de terres nourricières, de zone humides et de liens sociaux. En lieu et place de ce projet, des paysan.ne.s résistant.e.s ont continué de vivre sur leurs terres et de nouveaux.elles habitant.e.s sont arrivé.e.s dans les 10 dernières années. Il s’invente sur la zad des formes de vie, d’habitats et d’agriculture fondées sur le partage, la rencontre, le soin du vivant et des biens communs.

Le 9 février 2018, la Déclaration d’Utilité Publique du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes aura 10 ans. Si le gouvernement, à l’issue de la médiation nommée il y a 6 mois, décide enfin d’abandonner ce projet mortifère, le 9 février marquera la fin officielle de la Déclaration d’Utilité Publique. Nous serons alors heureux de célébrer la préservation de ce bocage, avec toutes celles et ceux qui ont accompagné cette longue histoire de lutte au cours des dernières décennies. Nous convergerons pour poser ensemble les prochains jalons de l’avenir de la zad de Notre-Dame-des-Landes.

Si le gouvernement décidait envers et contre tout de s’entêter, il nous faudrait alors être aussi fort nombreux.ses à réaffirmer notre volonté d’empêcher le démarrage des travaux et de toute expulsion sur la zad.

Quelle que soit la position du gouvernement suite au rapport de la médiation, et en espérant le meilleur pour la suite, nous vous appelons donc à vous organiser dès aujourd’hui pour se retrouver sur la zad le 10 février et enraciner son avenir.

Nous rappelons ci-dessous les bases communes que s’est donné le mouvement dans la perspective d’un avenir sans aéroport au-delà de l’abandon du projet.
— Pour plus d’infos : acipa-ndl.frzad.nadir.org

— Pour des demandes de renseignements spécifiques sur le 10 février : 10fevndlzad@riseup.net

## Parce qu’il n’y aura pas d’aéroport (Texte des 6 points sur l’avenir de la ZAD)

Ce texte en 6 points a pour but de poser les bases communes nécessaires pour se projeter sur la ZAD une fois le projet d’aéroport définitivement enterré.

Il a été réfléchi au sein d’une assemblée régulière ayant pour objet de penser à l’avenir des terres une fois le projet d’aéroport abandonné. Assemblée qui regroupe des personnes issues des différentes composantes du mouvement de lutte. Ce texte a été longuement débattu, à plusieurs reprises, dans de multiples composantes et espaces d’organisation du mouvement.

Nous défendons ce territoire et y vivons ensemble de diverses manières dans un riche brassage. Nous comptons y vivre encore longtemps et il nous importe de prendre soin de ce bocage, de ses habitant-e-s, de sa diversité, de sa flore, de sa faune et de tout ce qui s’y partage.

Une fois le projet d’aéroport abandonné, nous voulons :

  1. Que les habitant-e-s, propriétaires ou locataires faisant l’objet d’une procédure d’expropriation ou d’expulsion puissent rester sur la zone et retrouver leur droits.
  2. Que les agriculteurs-ices impacté-e-s, en lutte, ayant refusé de plier face à AGOVINCI, puissent continuer de cultiver librement les terres dont il-elles ont l’usage, recouvrir leurs droits et poursuivre leurs activités dans de bonnes conditions.
  3. Que les nouveaux habitant-e-s venu-e-s occuper la ZAD pour prendre part à la lutte puissent rester sur la zone. Que ce qui s’est construit depuis 2007 dans le mouvement d’occupation en terme d’expérimentations agricoles hors cadres, d’habitat auto-construit ou d’habitat léger (cabanes, caravanes, yourtes, etc), de formes de vies et de luttes, puisse se maintenir et se poursuivre.
  4. Que les terres redistribuées chaque année par la chambre d’agriculture pour le compte d’AGOVINCI sous la forme de baux précaires soient prises en charge par une entité issue du mouvement de lutte qui rassemblera toutes ses composantes. Que ce soit donc le mouvement anti-aéroport et non les institutions habituelles qui détermine l’usage de ces terres.
  5. Que ces terres aillent à de nouvelles installations agricoles et non agricoles, officielles ou hors cadre, et non à l’agrandissement.
  6. Que ces bases deviennent une réalité par notre détermination collective. Et nous porterons ensemble une attention à résoudre les éventuels conflits liés à leur mise en oeuvre.

Nous semons et construisons déjà un avenir sans aéroport dans la diversité et la cohésion. C’est à nous tout-e-s, dès aujourd’hui, de le faire fleurir et de le défendre.

## RAPPEL des initiatives lyonnaises

Le soir de la décision du gouvernement :
RDV à 18h30 au square Delestraint, vers le Préfecture
https://rhonenddl.wordpress.com/2017/12/11/appel-a-rassemblement-festif-pour-la-zad-de-nddl/
https://rebellyon.info/Appel-a-rassemblement-Festif-pour-la-ZAD-18502

En cas d’attaque et/ou de début de travaux :
RDV le jour même, à 18h devant la gare Part-Dieu, Lyon
RDV le samedi qui suit, à 14h devant l’usine d’armement Verney Carron, Saint-Etienne
Voir l’appel ici !

[Bure] – Du 11 au 13 Août : Festival Bure’lesques / 15 Août : Grande manifestation !

L’été sera chaud pour Cigéo!
À Bure mi-août, la lutte contre l’Andra ne faiblit pas et les opposant-es à la poubelle nucléaire et son monde nous invitent aux deux événements ci-dessous:

On commence par le Festival des Bure’lesques, qui se tiendra du vendredi 11/08 au dimanche 13/08/2017.
Pour toutes les infos et la programmation, visiter le site officiel du festival :

http://burefestival.org/


A la suite du festival on rentre dans le concret avec une grande manifestation le 15 Août à 14h, pour faire face aux nouveaux risques d’expulsion du bois Lejuc:

http://vmc.camp/2017/07/03/a-bure-nouveaux-risques-dexpulsion-declarons-un-ete-dexception/

 

Pour l’organisation de covoiturages, les chouettes hiboux ont mis en place une petite plateforme pour simplifier les choses:

https://covoit.vmc.camp/index.php/site/index

A bientôt dans les bois, dans les festivals et dans les luttes.
Venez nombreuses et nombreux !