nddl

Soutenons la ZAD de NDDL : samedi 14h à Verney Carron (St Etienne)

L’ensemble des habitant.es et des soutiens de la Zad de Notre-Dame-des-Landes appellent à des actions massives ce week-end, sur place et partout ailleurs, pour protester contre l’opération d’évacuation militaire de la ZAD. Pour celles et ceux qui ne peuvent pas monter sur la ZAD, un grand rassemblement festif aura lieu samedi 14 à 14h près de l’usine d’armement de la police Verney Carron (St Etienne). Ramenez vos paillettes, vos banderoles et vos meilleurs slogans !

Ambiance garantie ! La Zad a besoin de soutien, partout en France (et dans le monde), pour mettre la pression sur le gouvernement afin que les destructions et les violences qui vont avec cessent. Venez nombreu.ses pour soutenir la ZAD face aux armes de la police :

Samedi 14 avril à 14h – Verney Carron – St Etienne

L’usine d’armement Verney Carron produit — entre autres joujous destructeurs — des armes « non létales » pour la police et la gendarmerie (flashball, lacrymos, grenades, …). Rappelons que ces armes sont un peu létales quand même. Elles servent en théorie à protéger les forces de « l’ordre » contre d’éventuelles agressions, et servent en pratique à agresser tout ce qui est dans leur viseur : manifestant.es, migrant.es, banlieusard.es., etc. Sur la ZAD, ces armes ont causées de graves blessures (y compris parmi les gendarmes, c’est dire si c’est dangereux !).

Info pratiques

- Rassemblement festif : ramenez vos déguisements, votre sono, vos plus belles pancartes, enfin tout ce qu’il faut pour mettre l’ambiance !
- POINT DE RENDEZVOUS
Arriver par le côté Plaine d’Achille (vers le bowling) au début du boulevard Thiers
- INFOLINE
0673907873
- Si vous avez de la place dans votre voiture : merci de le signaler à rhonenddl@riseup.net pour organiser les covoiturages (attention, il n’y aura pas beaucoup de trains, les camarades cheminots seront en grève). Si votre voiture n’est pas remplie, essayez de passer par le point RDV ci-dessous au cas où des copains ou des copines chercheraient un covoit’.
- Point de départ sur Lyon au 31 rue Sébastien Gryffe. Il y aura du petit déj pour prendre des forces avant de partir ! N’hésitez pas à passer (assez tôt) si vous n’avez pas trouvé de place dans une voiture ou si au contraire vous avez une voiture vide.
- Atelier préparation de banderoles vendredi 13 à 17h à la fac de Lyon 2 occupée (sur les quai, entrée rue Chevreul, Bât. A au fond à droite). Peinture et banderoles bienvenues.

Publicités

[Soutien NDDL] Quelques gouttes de peinture… pour l’instant !

À Lyon, mercredi 11 avril au soir, un petit groupe a réagit, en solidarité avec la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, contre les expulsions en cours et leur degré de violence inouï.

Quelques gouttes de peinture, et plusieurs dizaines d’oeufs, ont coulé sur la mairie du 4e arrondissement, au nez et à la barbe d’une patrouille de CRS qui tournait dans le quartier ! C’est l’un des nombreux sièges du pouvoir étatique local mais aussi un lieu occupé par notre cher macroniste du coin (Kimelfeld, maire du 4e arrondissement et président de la Métropole) qui s’est fait remarquer dernièrement par sa haine envers les squats et l’accueil des migrants.

Ils n’ont jamais su gérer la ZAD, ils géreront encore moins les conséquences de l’expulsion.
Une action parmi d’autres à venir, pour dire que la ZAD vivra…

ACABisous.

 

 

Source: https://rebellyon.info/NDDL-Apres-3-jours-d-expulsions-seront-19004

NDDL : Alerte soutien contre les expulsions

Mise à jour : Expulsion en cours

Suivre le fil info du jour ici: https://zad.nadir.org/spip.php?article5326
lundi 9 avril
03h41min
Les flics sont en train de se déployer sur toute la D281. il y a une file de camions du bois Rignoux aux planchettes.
03h34min
La barricade devant la tour de Lama faché a commencé à brûler. Les flics font des sommations et sont rentrés dans le champ par la route des Fosses Noires. Ils sont tout autour de la cabane de Lama Fâché. Des camarades sont dans la tour.
Par ailleurs il y a 70 camions de flics à Vigneux, proche des entrées de la zad.

03h30min
Les flics sont arrivés au niveau de Lama Faché. Une barricade a été enflammée pour gêner leur progression.

03h22min
ALERTE ALERTE ! Les flics sont arrivés sur la D281, par les Ardillières et par le Bois Rignoux. Ils ont détruit les barricades érigées dans la nuit par les tracteurs et sont actuellement au niveau des Planchettes et des 100 Noms.

Appel à soutien face aux expulsions imminentes à Notre Dame des Landes alors que les négociations sur la redistribution des Terres vient à peine de commencer .

zad.nadir.org : 08 avril !!!!! ALERTE EXPULSIONS !!!!

suivant un article du monde qui cite « des sources officielles », une opération d’expulsions serait imminente, dès Lundi matin. prevision de 2500 gendarmes sur zone et renforts CRS sur les villes de Nantes et Rennes.

[…]

DE TRES NOMBREUX VEHICULES DE GENDARMERIE ONT DÉBARQUÉ CES DERNIÈRES 48H

Plus de 70 véhicules (CRS et gendarmerie) ont été signalés en route pour ici dans les dernières 48h

30226742_1652129621489871_5651663708649160704_n

[…]

Sur Lyon, en cas de démarrage des expulsions sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, nous appelons:

Le soir même :
Rassemblement à 18h d
evant la gare de la Part-Dieu (Lyon – 69)

Le samedi suivant :
Rassemblement à 14h
devant l’usine d’armement Verney Carron (St-Etienne – 42)

Dès maintenant : appel à converger sur la ZAD

la-departementale-281-est-un-point-de-crispation-au-sein-du-tres-heterogene-mouvement-anti-aeroport-du-fait-de-la-presence-a-ses-abords-immediats-d-une-minorite-refusant-toute-regularisation-photo-afp

Dans quel état d’esprit veut-on défendre la ZAD ?

Depuis 2012, nous avons largement pu faire le bilan de ce qui s’est passé pendant les expulsions et l’occupation policière. On s’attend à ce que l’opération d’expulsion ne soit pas une réplique de celle de 2012, que quoi que l’on prépare collectivement il y aura une grande place pour l’improvisation et l’adapatation. Nous souhaitons tout de même pouvoir anticiper cette fois sur des attitudes, qui ont pu être blessantes pour des personnes et contre-productives. Nous voulons aussi porter quelques idées sur ce qui nous rendra fort.e.s dans ce moment là. Voici certaines réflexions à ce sujet :

- il n’est pas question, sous prétexte d’affrontements, d’accepter parmi nous des comportements sexistes, virilistes, homophobes, racistes, classistes, validistes, que nous combattons au quotidien ;

- il y aura un grand besoin de personnes qui défendent le terrain, mais le rôle de celles et ceux qui assureront la logistique sera tout aussi important : cantines, soin, communication, espace de repos, etc. Et on a envie que ça puisse tourner : qu’il n’y ait pas les spécialistes des barricades d’un côté et celles et ceux qui s’occupent de les nourrir de l’autre ;

- on rappelle que défendre cette zone, c’est aussi défendre les possibilités politiques qu’elle recouvre, et notamment des pratiques telles que l’autogestion, l’organisation collective et tournante des tâches, la culture des assemblées et la recherche de consensus sans taire les conflits ;

- il est clair pour nous qu’en cas d’attaque ce sont eux, et non nous, qui choisiront de déclencher un ensemble de violences et de destructions, sur les êtres vivants, les habitats et espaces naturels de ce bocage. Comme en 2012, on ne se laissera pas faire : la résistance sera physique et déterminée. On veut aussi veiller à rester rejoignables dans la défense de cet espace, à maintenir les possibilités d’un soutien large et ne pas leur donner de raisons trop faciles pour décupler brutalement le niveau de répression à notre encontre. L’un dans l’autre, on souhaiterait qu’il y ait une attention à respecter la diversité des personnes qui viennent défendre la zone, et qu’un large panel de pratiques et de modes d’actions puissent coexister sur le terrain. En 2012 c’est la jonction entre des barricades, des blocages humains ou avec des tracteurs, des sabotages, des projectiles, des cabanes perchées, des blagues, chants et harcèlements divers, le tout concomittament aux actions décentralisées, qui a permis finalement de mettre en déroute leurs troupes. C’est cette force hybride que nous voulons réinvoquer.

- même si tout n’est pas évident d’entrée, on aimerait aussi que les personnes qui viennent défendre la zad prennent en considération les attentions que l’on a pour les manières de résister des différents lieux et personnes vivant ici : le désir par exemple que le camion du laitier puisse continuer à passer dans telle ferme aussi lontemps que possible ou qu’il n’y ait pas de photos et de vidéos prises dans tel autre lieu…

Avant de venir, renseignez-vous au maximum afin de comprendre la situation, et à votre arrivée adressez-vous à l’un des espaces d’accueil, prenez le temps de discuter avec les personnes sur place. Pour accéder à la zone, voir ici : http://zad.nadir.org/spip.php?article7. Prenez aussi le temps de lire les informations mises en ligne par l’équipe légale : https://zad.nadir.org/spip.php?rubrique56.

Source complete : zad.nadir.org

 

Informations complémentaires :

photo-d-archives-francois-destoc_3893444

Collectif ZAD Lyon RhoneNDDL.wordpress.com

NDDL – Expulsions le 9 avril selon le Monde

Le journal le Monde , annonce une possible expulsion sur la ZAD NDDL lundi 9 avril 2018. Lyon, a reçu un SMS du tel d’urgence NDDL, prenant au sérieux cette annonce. zad.narir.org, sera mis à jour prochainement. En attendant, sur Lyon, préparez vous à réagir, organiser des covoiturages et rappeler le rdv sur Lyon en cas d’expulsion.

Le Monde – Notre-Dame-des-Landes : le plan d’action du gouvernement pour expulser les zadistes     leparisien.fr – Le gouvernement a fixé au lundi 9 avril l’expulsion des derniers occupants, après la décision de renoncer à la construction d’un nouvel aéroport sur place

Source mail ZAD :
1. Infotraflics

NFOS SPECIALES POSSIBLES TENTATIVES D’EXPULSIONS LA SEMAINE PROCHAINE

Il est difficile avec la présence policière partout autour de la ZAD d’avoir une visibilité claire. il y a des patrouilles très régulièrement sur la D281 et autour de la zad. avec soit des fourgons de GM, soit le PSIG, soit des voitures de gendarmes.

il est clair en totu cas que des reprérages ont été fait ou sont en cours, tout en surveillant l’évolution de la réfection de la D281.

La route n’a pas été réouverte malgré la fin des travaux et il n’y a pas d’annonce de réouverture pour la semaine prochaine.


En ce qui concerne la mobilisation des forces de l’ordre

– un camp de gendarmes existe à st-Etienne de Montluc, et possiblement ailleurs mais on n’a pas d’info sures.

– au moins un hotel des environs est plein depuis plusieurs semaines et réservé pour des escadrons de GM (une trentaine de camions) pour avril et mai.

– les pompiers du coin sont mobilisés les 15 prochains jours

d’autres infos amènent à penser à une attaque pour la semaine prochaine

qu’ils s’agisse d’un coup de com’ ou de plus larges expulsions, il est clalir qu’on sent que quelque chose se prépare.
La préfecture n’a toujours pas fait preuve de procédure dexpulsion concernant les lieux de la ZAD

si vous avez plus d’infos à nous faire parvenir, c’est toujours la meme adresse zad(at)riseup.net

en attendant voilà un appel du mouvement d’occupation dans son ensemble :

2. Communiqué du mouvement d’occupation contre les expulsions

ZAD de NDDL : nous nous engageons contre toute expulsion

Depuis plusieurs semaines, nous sommes sous la menace d’expulsions, devenues imminentes à l’approche de la fin de la trêve hivernale.

Ces expulsions pourraient donc avoir lieu à partir de début avril et pendant les semaines qui suivent. Même si elles sont présentées comme « partielles », nous sommes et restons tout.te.s déterminé.e.s et uni.e.s, quelles que soient nos divergences sur d’autres points, pour empêcher leur exécution.

Pour cela, nous nous engageons et appelons à :

– défendre la ZAD, ce qui s’est construit et vécu ici, tous ses habitats et tou.te.s ses habitant.e.s ;

– rejoindre le rassemblement annoncé à 18h à Nantes devant la préfecture le jour où ces menaces se concrétisent ;

– reconstruire tout habitat détruit ;

– réagir par les moyens nécessaires (blocages, rassemblements, actions décentralisées, etc.)

Différents chantiers se dérouleront autour de cette période là. Pour plus d’infos voir le site zad.nadir.org et écouter Radio Klaxon (sur place sur 107.7 ou sur radioklaxon.antirep.net).

Nous appelons donc toutes les personnes solidaires de la lutte contre l’aéroport et son monde et pour un avenir commun dans le bocage à venir nous rejoindre et/ou à nous soutenir par tous les moyens qui leur semblent appropriés.

L’ensemble des lieux et des occupant.e.s de la ZAD

(Texte à faire tourner au maximum)

3. Si vous voulez venir sur la Zad

si vous comptez venir sur place en cas d’expulsions, rappelez vous que cet endroit est un territoire habité, voici quelques indications à prendre en compte :

(repris de l’appel à venir défendre la ZAD de 2016)

Dans quel état d’esprit veut-on défendre la ZAD ?

Depuis 2012, nous avons largement pu faire le bilan de ce qui s’est passé pendant les expulsions et l’occupation policière. On s’attend à ce que l’opération d’expulsion ne soit pas une réplique de celle de 2012, que quoi que l’on prépare collectivement il y aura une grande place pour l’improvisation et l’adapatation. Nous souhaitons tout de même pouvoir anticiper cette fois sur des attitudes, qui ont pu être blessantes pour des personnes et contre-productives. Nous voulons aussi porter quelques idées sur ce qui nous rendra fort.e.s dans ce moment là. Voici certaines réflexions à ce sujet :

– il n’est pas question, sous prétexte d’affrontements, d’accepter parmi nous des comportements sexistes, virilistes, homophobes, racistes, classistes, validistes, que nous combattons au quotidien ;

– il y aura un grand besoin de personnes qui défendent le terrain, mais le rôle de celles et ceux qui assureront la logistique sera tout aussi important : cantines, soin, communication, espace de repos, etc. Et on a envie que ça puisse tourner : qu’il n’y ait pas les spécialistes des barricades d’un côté et celles et ceux qui s’occupent de les nourrir de l’autre ;

– on rappelle que défendre cette zone, c’est aussi défendre les possibilités politiques qu’elle recouvre, et notamment des pratiques telles que l’autogestion, l’organisation collective et tournante des tâches, la culture des assemblées et la recherche de consensus sans taire les conflits ;

– il est clair pour nous qu’en cas d’attaque ce sont eux, et non nous, qui choisiront de déclencher un ensemble de violences et de destructions, sur les êtres vivants, les habitats et espaces naturels de ce bocage. Comme en 2012, on ne se laissera pas faire : la résistance sera physique et déterminée. On veut aussi veiller à rester rejoignables dans la défense de cet espace, à maintenir les possibilités d’un soutien large et ne pas leur donner de raisons trop faciles pour décupler brutalement le niveau de répression à notre encontre. L’un dans l’autre, on souhaiterait qu’il y ait une attention à respecter la diversité des personnes qui viennent défendre la zone, et qu’un large panel de pratiques et de modes d’actions puissent coexister sur le terrain. En 2012 c’est la jonction entre des barricades, des blocages humains ou avec des tracteurs, des sabotages, des projectiles, des cabanes perchées, des blagues, chants et harcèlements divers, le tout concomittament aux actions décentralisées, qui a permis finalement de mettre en déroute leurs troupes. C’est cette force hybride que nous voulons réinvoquer.

– même si tout n’est pas évident d’entrée, on aimerait aussi que les personnes qui viennent défendre la zad prennent en considération les attentions que l’on a pour les manières de résister des différents lieux et personnes vivant ici : le désir par exemple que le camion du laitier puisse continuer à passer dans telle ferme aussi lontemps que possible ou qu’il n’y ait pas de photos et de vidéos prises dans tel autre lieu…

Avant de venir, renseignez-vous au maximum afin de comprendre la situation, et à votre arrivée adressez-vous à l’un des espaces d’accueil, prenez le temps de discuter avec les personnes sur place. Pour accéder à la zone, voir ici : http://zad.nadir.org/spip.php?article7. Prenez aussi le temps de lire les informations mises en ligne par l’équipe légale : https://zad.nadir.org/spip.php?rubrique56.

[… ]

31 mars 2018 – Manifestation contre toutes les expulsions !

Samedi 31 mars 2018
Fin de la trêve hivernale
Appel à prendre la rue contre les expulsions !

La précarisation lente et progressive de couches de plus en plus larges de la population attaque de manière déchirante toutes les catégories les plus faibles de la société. Elle met en péril de plus en plus de familles, de personnes isolé·e·s, d’étudiant·e·s…, jusqu’à l’impossibilité de pouvoir payer un loyer ou même de trouver un toit. La baisse des APL en septembre dernier atteste suffisamment de la disposition du gouvernement sur la question sociale. Partout le 31 mars va signifier, avec la fin de la trêve hivernale, des opérations policières pour priver d’habitat des précaires et mal-logé·e·s.

31 mars, expulsion nulle part !

Dans la même « dynamique », les conditions d’accueil sur le territoire ne cessent de se durcir et le projet de loi « asile et immigration » porté par Gérard Collomb enfonce le clou. L’ouverture de bâtiments devient une nécessité vitale, en ville ou dans des universités, pour les exilé·e·s même mineur·e·s. Ainsi plusieurs occupations ont eu lieu pour soutenir et mettre à l’abri des familles sans toit ou migrants privés de logement dans de nombreuses écoles de l’agglomération, à l’université Lyon 2, mais aussi des bâtiments vides comme l’amphi Z, la maison Mandela ou la Trappe. La fin de la trêve hivernale renvoie à la rue de nombreuses familles et personnes.

Tout le monde déteste les expulsions !

Après la victoire historique du mouvement anti-aéroport dans la région de Nantes, le gouvernement veut contenir la propagation de la vague de luttes de territoire face aux projets destructeurs. A Bure, à Notre dame des landes ou plus proche comme à Roybon et l’A45, ces lieux sont également en danger.

Résistance à toutes les expulsions !

Cette année toutes les tentatives d’expulsions feront face à une opposition déterminée ! En ce mois de mars 2018, les luttes pour l’habitat résonneront au côté des luttes salariales. Des manifestations auront lieu dans plusieurs villes en France.

Manifestation à 10h30

de Charpennes (place Charles Hernu)

à rue Bourgchanin (Maison Mandela)

Puis à l’amphi Z :

L’après midi

Repas et fête des voisins avec divers ateliers: jardin (mise en culture des terres arables), ateliers sérigraphie, stand coiffure, des tournois de foot et de pétanque, des prises de parole et de la musique

En soirée, dès 18h : des concerts !

A l’appel de : Soutien à l’Amphi Z, la Maison Mandela, La trappe, Agir Migrant, Jamais sans Toit, Collectif ZAD Lyon, la Clique des Ami·e·s de Bure, des soutiens à la lutte de Roybon (anti Center Parcs), des soutiens à la lutte contre l’A45, des squats…