notre-dame-des-landes

Rassemblement Mercredi 30 mai pour Maxime, amputé de la main à la ZAD

Rassemblement à 18h, Place Raspail, en soutien à Maxime, mutilé par une grenade explosive GLI-F4 sur la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes le 22 Mai 2018.
Venez nombreux et nombreuses, si possible muni·e·s d’un gant rouge à la main droite.

Des collectifs, victimes et familles de victimes de grenades appellent à des rassemblements à Nantes et dans toutes les villes pour Maxime et pour la suppression des grenades.

Mercredi 30 mai – Rassemblements à Nantes et dans toutes les villes pour Maxime et pour la suppression des grenades

À Lyon, rdv 18h Place Raspail, ganté·e·s de rouge
Pour maxime et pour la suspension définitive de toutes les grenades explosives, rassemblons-nous !

 

Les mois d’avril et mai derniers, les expulsions sur les terres de la zad à Notre-Dame-Des-Landes signifiaient des milliers de gendarmes, de tirs tendus, et d’affrontements.
Mardi 22 mai, Maxime, un jeune de 21 ans étudiant à Lille, a eu la main littéralement arrachée par l’explosion d’une grenade, tirée par les forces de l’ordre.

Peu importe qu’elle soit lacrymogène, instantanée, assourdissante, à effet de souffle, à effet psychologique, à effet combiné, modulaire, offensive ou de désencerclement.
Peu importe le nom donné à cette grenade : une grenade est une grenade.
Et peu importe également ce que Maxime a fait pour que cette grenade lui explose dans la main. Jamais cette grenade n’aurait dû être lancée, ni dans sa direction ni ailleurs, car nous ne sommes pas sur un terrain de guerre.

  • Il y a quatre ans, Rémi Fraisse mourrait à cause d’une grenade qui avait déjà emporté Vital Michalon 37 ans avant lui.
    Cette grenade-là a été suspendue, mais l’État a jugé pertinent alors de sauver celle qui aujourd’hui a mutilé Maxime et d’autres avant lui.
  • Edouard W. a eu la main arrachée par une GLI F4 le 25 janvier 2001 à Lille lors d’une manifestation de pompiers.
  • Pascal V. a eu les orteils arraché par une GLI F4 le 29 janvier 2009 à Saint Nazaire lors d’une manifestation pour les retraites.
  • Mickaël C. a eu la main arraché par une GLI F4 le 26 octobre 2013 à Pont de Buis lors d’une manifestation des bonnets rouges contre les bornes écotaxe.
  • Robin P. a eu une partie du pied arrachée par une GLI F4 le 15 août 2017 près de Bure lors d’une manifestation contre l’enfouissement de déchets nucléaires.

Il perpétue ainsi cette fameuse doctrine française du maintien de l’ordre, le « savoir-faire à la française » qui permet à la France de faire le commerce juteux de ses armes de mort dans le monde entier.
Mais nos champs, nos forêts, nos rues et nos quartiers ne sont pas des champs de tir.
Combien de visages déjà défigurés par les flashballs et autres grenades ?
Combien de traumatismes, combien d’éclats dans les chairs de nos proches, combien de peur, combien d’existences brisées ?

Nous refusons de voir nos vies suspendues à un fil parce que des marchands de mort se jouent de nos rêves d’un monde meilleur.
Nous refusons d’accepter ces logiques meurtrières qui voudraient justifier l’usage des armes contre des populations civiles, quelle que puisse être l’idée qu’on se fait de leurs intentions : dans absolument tous les cas que nous connaissons, les forces de l’ordre n’étaient pas en état de légitime défense.
Nous exigeons que soient retirées aux forces de l’ordre ces armes qui mutilent nos chairs et celles de nos enfants.

Nous associons notre tristesse et notre colère à la douleur de Maxime et nous appelons toutes celles et ceux que cette histoire ne laissent pas indifférent-es à se rassembler ce mercredi 30 mai 2018 à 18 heures, dans toutes les villes et lieux-dits où cela sera possible. De chaque rassemblement nous ferons passer une photo à Maxime. Celles et ceux qui le souhaitent sont invité·es à venir avec un gant de couleur rouge.

POUR MAXIME ET POUR LA SUSPENSION DÉFINITIVE DE TOUTES LES GRENADES !
À LYON, RDV 18h PLACE RASPAIL, GANTÉ·E·S DE ROUGE

Premiers signataires :

  • Les ami.e.s de Maxime
  • Les parents et la sœur de Rémi Fraisse
  • Les frères de Vital Michallon
  • Collectif Désarmons-les !
  • Assemblée des blessé-es
  • Collectif du 22 mai
  • Collectif Vies volées
  • Le CRIME (Collectif anti-repression de Lille)
  • Collectif Face aux Armes de la Police
  • Collectif de l’ambulance partisane
  • Comité Vérité et Justice pour Adama
  • Robin P., mutilé au pied par une grenade GLI F4 à Bure le 15 août 2017
  • Elsa, mutilée à la main par une grenade de désencerclement à la ZAD du Testet le 7 octobre 2014
  • Geoffrey, mutilé au visage à Montreuil le 14 octobre 2010 (blocus pour les retraites)
  • Laurent, mutilé à l’œil par une grenade de désencerclement à Paris le 15 septembre 2016 (manifestation Loi Travail)
  • Florent dit « Casti », mutilé à l’œil par un tir de Flashball à Montpellier le 21 septembre 2012 (match de football)
  • Pierre, mutilé à l’œil par un tir de lanceur de balle de défense à Nantes le 27 novembre 2007 (manifestation contre la LRU)
Publicités

Nouvelles menaces d’expulsions sur la ZAD, à partir du 15 mai 2018 !

Aujourd’hui, la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes vit toujours sous occupation militaire et sous la menace de reprise des expulsions à partir du 15 Mai. Après avoir abandonné le projet d’aéroport, et commencé une opération d’expulsion de grande ampleur, l’État continue sur sa stratégie pour parvenir à briser l’expérience d’auto-organisation très concrète qui s’est déployée ici.

En imposant un calendrier très serré, en ne respectant pas ses engagements, en faisant intervenir des milliers de gendarmes et leur arsenal militaire, et en procédant par étapes aux expulsions des différents lieux de vie, cette opération nous demande de rester uni·es et d’être mobilisables dans la durée.

Or depuis l’opération César en 2012, la ZAD de Notre-Dame-des-Landes est devenue un symbole : celui de la résistance face au pouvoir et à l’économie capitaliste.

Mais ce qui se joue surtout dans cet espace, depuis quelques années, c’est la quête de nouvelles façons de vivre ensemble remettant en question les fondements du système capitaliste. C’est une déconstruction lente de nos schémas de domination, une réappropriation de nos choix de vie, qui passent par un questionnement profond des concepts inculqués par notre société.

 

Ceci est un appel à défendre la ZAD coûte que coûte.

 

Sur Lyon, en cas de reprise des expulsions sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, nous appelons le soir même à un rassemblement à 19h à la Guillotière – Place Raspail (Lyon)

Soutenons la ZAD de NDDL : samedi 14h à Verney Carron (St Etienne)

L’ensemble des habitant.es et des soutiens de la Zad de Notre-Dame-des-Landes appellent à des actions massives ce week-end, sur place et partout ailleurs, pour protester contre l’opération d’évacuation militaire de la ZAD. Pour celles et ceux qui ne peuvent pas monter sur la ZAD, un grand rassemblement festif aura lieu samedi 14 à 14h près de l’usine d’armement de la police Verney Carron (St Etienne). Ramenez vos paillettes, vos banderoles et vos meilleurs slogans !

Ambiance garantie ! La Zad a besoin de soutien, partout en France (et dans le monde), pour mettre la pression sur le gouvernement afin que les destructions et les violences qui vont avec cessent. Venez nombreu.ses pour soutenir la ZAD face aux armes de la police :

Samedi 14 avril à 14h – Verney Carron – St Etienne

L’usine d’armement Verney Carron produit — entre autres joujous destructeurs — des armes « non létales » pour la police et la gendarmerie (flashball, lacrymos, grenades, …). Rappelons que ces armes sont un peu létales quand même. Elles servent en théorie à protéger les forces de « l’ordre » contre d’éventuelles agressions, et servent en pratique à agresser tout ce qui est dans leur viseur : manifestant.es, migrant.es, banlieusard.es., etc. Sur la ZAD, ces armes ont causées de graves blessures (y compris parmi les gendarmes, c’est dire si c’est dangereux !).

Info pratiques

- Rassemblement festif : ramenez vos déguisements, votre sono, vos plus belles pancartes, enfin tout ce qu’il faut pour mettre l’ambiance !
- POINT DE RENDEZVOUS
Arriver par le côté Plaine d’Achille (vers le bowling) au début du boulevard Thiers
- INFOLINE
0673907873
- Si vous avez de la place dans votre voiture : merci de le signaler à rhonenddl@riseup.net pour organiser les covoiturages (attention, il n’y aura pas beaucoup de trains, les camarades cheminots seront en grève). Si votre voiture n’est pas remplie, essayez de passer par le point RDV ci-dessous au cas où des copains ou des copines chercheraient un covoit’.
- Point de départ sur Lyon au 31 rue Sébastien Gryffe. Il y aura du petit déj pour prendre des forces avant de partir ! N’hésitez pas à passer (assez tôt) si vous n’avez pas trouvé de place dans une voiture ou si au contraire vous avez une voiture vide.
- Atelier préparation de banderoles vendredi 13 à 17h à la fac de Lyon 2 occupée (sur les quai, entrée rue Chevreul, Bât. A au fond à droite). Peinture et banderoles bienvenues.

[Soutien NDDL] Quelques gouttes de peinture… pour l’instant !

À Lyon, mercredi 11 avril au soir, un petit groupe a réagit, en solidarité avec la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, contre les expulsions en cours et leur degré de violence inouï.

Quelques gouttes de peinture, et plusieurs dizaines d’oeufs, ont coulé sur la mairie du 4e arrondissement, au nez et à la barbe d’une patrouille de CRS qui tournait dans le quartier ! C’est l’un des nombreux sièges du pouvoir étatique local mais aussi un lieu occupé par notre cher macroniste du coin (Kimelfeld, maire du 4e arrondissement et président de la Métropole) qui s’est fait remarquer dernièrement par sa haine envers les squats et l’accueil des migrants.

Ils n’ont jamais su gérer la ZAD, ils géreront encore moins les conséquences de l’expulsion.
Une action parmi d’autres à venir, pour dire que la ZAD vivra…

ACABisous.

 

 

Source: https://rebellyon.info/NDDL-Apres-3-jours-d-expulsions-seront-19004

Retour rassemblement lyonnais suite au début des expulsions sur la zad

A Lyon hier soir, lundi 09 Avril 2018, devant la Part-Dieu, rassemblement de 200 personnes, aux cris de « La ZAD vivra, la ZAD vaincra ! ».
Une banderole a été déployée sur le pont du centre commercial « ZAD VAINCRA ».

Départ en manif avorté par mouvements de flics.

Les flics protègent le centre commercial de la Part-Dieu.

Alors que les participant-es au rassemblement se sont rapproché-es du centre commercial, les flics se sont interposés. Du coup, le rassemblement stagne entre l’esplanade et la bibliothèque, ce qui a pour conséquence de bloquer la route (surtout bloquée par les flics eux-mêmes).

Gageons que ce n’est pas la dernière fois que les Lyonnais.e.s feront entendre parler de la ZAD par ici !