police

Soutenons la ZAD de NDDL : samedi 14h à Verney Carron (St Etienne)

L’ensemble des habitant.es et des soutiens de la Zad de Notre-Dame-des-Landes appellent à des actions massives ce week-end, sur place et partout ailleurs, pour protester contre l’opération d’évacuation militaire de la ZAD. Pour celles et ceux qui ne peuvent pas monter sur la ZAD, un grand rassemblement festif aura lieu samedi 14 à 14h près de l’usine d’armement de la police Verney Carron (St Etienne). Ramenez vos paillettes, vos banderoles et vos meilleurs slogans !

Ambiance garantie ! La Zad a besoin de soutien, partout en France (et dans le monde), pour mettre la pression sur le gouvernement afin que les destructions et les violences qui vont avec cessent. Venez nombreu.ses pour soutenir la ZAD face aux armes de la police :

Samedi 14 avril à 14h – Verney Carron – St Etienne

L’usine d’armement Verney Carron produit — entre autres joujous destructeurs — des armes « non létales » pour la police et la gendarmerie (flashball, lacrymos, grenades, …). Rappelons que ces armes sont un peu létales quand même. Elles servent en théorie à protéger les forces de « l’ordre » contre d’éventuelles agressions, et servent en pratique à agresser tout ce qui est dans leur viseur : manifestant.es, migrant.es, banlieusard.es., etc. Sur la ZAD, ces armes ont causées de graves blessures (y compris parmi les gendarmes, c’est dire si c’est dangereux !).

Info pratiques

- Rassemblement festif : ramenez vos déguisements, votre sono, vos plus belles pancartes, enfin tout ce qu’il faut pour mettre l’ambiance !
- POINT DE RENDEZVOUS
Arriver par le côté Plaine d’Achille (vers le bowling) au début du boulevard Thiers
- INFOLINE
0673907873
- Si vous avez de la place dans votre voiture : merci de le signaler à rhonenddl@riseup.net pour organiser les covoiturages (attention, il n’y aura pas beaucoup de trains, les camarades cheminots seront en grève). Si votre voiture n’est pas remplie, essayez de passer par le point RDV ci-dessous au cas où des copains ou des copines chercheraient un covoit’.
- Point de départ sur Lyon au 31 rue Sébastien Gryffe. Il y aura du petit déj pour prendre des forces avant de partir ! N’hésitez pas à passer (assez tôt) si vous n’avez pas trouvé de place dans une voiture ou si au contraire vous avez une voiture vide.
- Atelier préparation de banderoles vendredi 13 à 17h à la fac de Lyon 2 occupée (sur les quai, entrée rue Chevreul, Bât. A au fond à droite). Peinture et banderoles bienvenues.

Publicités

Retour rassemblement lyonnais suite au début des expulsions sur la zad

A Lyon hier soir, lundi 09 Avril 2018, devant la Part-Dieu, rassemblement de 200 personnes, aux cris de « La ZAD vivra, la ZAD vaincra ! ».
Une banderole a été déployée sur le pont du centre commercial « ZAD VAINCRA ».

Départ en manif avorté par mouvements de flics.

Les flics protègent le centre commercial de la Part-Dieu.

Alors que les participant-es au rassemblement se sont rapproché-es du centre commercial, les flics se sont interposés. Du coup, le rassemblement stagne entre l’esplanade et la bibliothèque, ce qui a pour conséquence de bloquer la route (surtout bloquée par les flics eux-mêmes).

Gageons que ce n’est pas la dernière fois que les Lyonnais.e.s feront entendre parler de la ZAD par ici !

[Bure] Pluie de convocations à Bure !

Actualité sur Bure, la répression post-perquisitions fait rage…

INFORMATION À DIFFUSER LARGEMENT

En septembre dernier le juge d’instruction de Bar-le-Duc a supervisé une série de perquisitions opérées le 20 septembre 2017 dans le cadre d’une commission rogatoire suite aux dégradations commises à l’Hôtel- restaurant du site de l’Andra à Bure durant la semaine d’action de juin 2017.

Dans ce cadre, des enquêteurs de la Section de Recherche criminelle de la gendarmerie de Nancy mènent une enquête poussée qui s’étend plus largement aux événements antérieurs de l’été 2016, des 23 et 30 janvier 2017, du 18 février 2017, de mai 2017, de juin 2017, du 14 juillet 2017 et du 15 août 2017 et sans doute davantage. Depuis janvier 2017, les convocations en audition libre ou les citations à comparaître au tribunal se succèdent aléatoirement auprès de personnes dont les plaques d’immatriculation ont été relevées à l’occasion de ces événements, de personnes contrôlées ou conduites aux postes lors de contrôles routiers à différents moments de l’année, de personnes prétendument identifiées sur des photos, par leurs affaires perdues ou par des agents lors de journées de mobilisation, ou encore de militant-e-s associatifs en lutte contre le projet Cigéo.

Nous avons de bonnes raisons de penser que ces convocations vont aller en s’intensifiant au cours de l’année 2018 et qu’elles visent, à travers des enquêtes préliminaires liées aux plaintes en série déposées par des responsables de l’Andra ou des poursuites engagées à l’initiative du procureur de la république, à nourrir une procédure bien plus lourde destinée à étouffer la lutte avec sa judiciarisation et une intimidation policière (déjà très perceptible sur le terrain avec une présence constante et des coups de pression de la part des gendarmes mobiles). L’association de malfaiteurs est un cadre judiciaire maintes fois décrié, flou, fondé sur du délit d’intention et nourri par des présupposés sécuritaires du ministère de l’Intérieur. Sous couvert de convocation en audition libre ou en qualité de témoin, il s’agit progressivement de nourrir un dossier inconsistant au départ à à charge à l’arrivée. La méthode éprouvée en d’autres endroits est perverse et épuise les énergies, suscite les peurs, dissocie les militant-e-s avant de faire tomber un couperet judiciaire de milliers de pages quelques années plus tard, en resserrant le champ sur quelques obstiné-e-s considéré-e-s comme responsables en fin de course.

Face à cette répression de basse intensité, il est essentiel d’être solidaire-s contre la volonté de scinder le mouvement par les menaces, l’intimidation, de montrer notre cohésion au-delà de notre diversité d’opinions et de pratiques. C’est en communicant sur les convocations, en nous tenant informé-e-s les un-e-s les autres, en définissant collectivement nos lignes de défense et de résistance, en conservant notre farouche et joyeuse détermination à résister et en refusant de nourrir les fantasmes sécuritaires avec des déclarations en audition, que nous disperserons le fantasme d’une association de malfaiteurs, là où il y a surtout de notre part l’expression d’un furieux sentiment d’injustice et de révolte. Face une corruption organisée, institutionnalisée autour d’un projet radioactif qui progresse proportionnellement à l’omerta, la résignation et les mensonges scientifiques qu’il génère, nous ne nous laisserons pas atomiser, nous sommes nombreuses à vouloir vivre, créer et lutter ici, avec une vision politique et sociale qui va au-delà de la seule lutte antinucléaire !

Des chouettes hiboux de la legal team de Bure

EN CAS DE CONVOCATION OU D’INTERPELLATION

Contactez arr@riseup.net

* Si vous avez été contrôlé-e-s et/ou conduit-e-s au commissariat pour un délit quelconque autour de Bure

* Si vous êtes convoqué-e-s, afin que nous en discutions ensemble plutôt que vous restiez isolé-e-s face à cela

* Si vous avez été convoqué-e-s et auditionné-e-s par la police, pour que nous puissions déterminer ensemble des implications

* Si vous êtes convoqué-e-s devant un tribunal, pour une assistance juridique »

 

Si des personnes de la région lyonnaise sont concerné·es, n’hésitez pas à nous en faire part également, via mail ou formulaire de contact.

[Lyon] 26/10/2016 – Hommage à Rémi FRAISSE

A Lyon, comme dans d’autres villes, nous avons voulu montrer notre hommage à Rémi Fraisse, ce 26 Oct. 2016 (soit deux ans après sa mort) ainsi qu’à toutes les autres vitcimes, tombées sous les armes ou le comportement de la police.

Nous avons donc accroché 2 banderoles explicites sur des ponts routiers :

remi

Egalement, vu l’actualité des manifs de flics qui demandent plus de moyens (répressifs et mortifères) et des peines pénales plus lourdes, on leur a rappelé que leurs actions et leurs moyens (prétendument de « légitime défense ») tuent des gens :

assassins

Qui nous protège de la police ?

[Saint-Etienne] 22-23 Oct. – Week-end d’action : désarmons la police, démilitarisons les conflits !

rip-remi
Depuis 1912 et les premiers gazs lacrymogènes, on voit se multiplier l’utilisation, par la police et l’armée, d’armes à létalité réduite. Plus couramment appelées  « armes non-létales », elles, et le système qui les encadre, font pourtant une quinzaine de morts par an. C’est notamment le tragique cas de Rémi Fraisse, tué par une grenade offensive sur la ZAD de Sivens, le 26/10/2014.

Grenades, Flash-Balls, Taser, la militarisation du maintien de l’ordre répond à une volonté de réprimer la moindre rébellion, la moindre résistance, la moindre déviance. Que ce soit dans les quartiers ou pendant un mouvement social, contre des sans-papiers ou des militant’es, la police et la gendarmerie usent de la force armée que l’État lui octroie.

Les armes policières utilisées en France et exportées dans le monde entier, sont fabriquées sur le sol français. Verney Carron à Saint Etienne, Alsetex dans la Sarthe, Nobel Sport à Pont-de-Buis sont les entreprises de ce commerce juteux.

Nous voulons mener une percée dans l’imaginaire en ciblant ceux qui produisent les armes de la police. En s’interrogeant sur la logistique qui fait vivre la répression, qui la met en œuvre et en ciblant ce que cette militarisation des conflits et ces politiques de terreur signifient au quotidien sur la population.
L’année dernière, un premier week-end de mobilisation avait eu lieu à Pont de Buis pour pointer l’usine (Nobel Sport) et sa production mortifère.dsarmons-la-police

Cette année nous organisons un week-end d’action, de forums et de rencontres les 22/23 Octobre 2016  à Saint-Etienne.

Samedi 22 octobre
A 11h, , accueil et infos avec le café à la Gueule Noire ( 16 rue du Mont à Saint Etienne)
A 15h, FAMAS’tival, parade costumée, animée par une visite guidée carnavalesque du patrimoine industriel de la capitale du FAMAS (Fusil d’Assault de la Manufacture de Saint-Etienne)
A partir de 19h, repas et concert de soutien : Tout doit disparaitre (New wave du mardi matin), Dubmentalist (porte bien son nom), DJ la tache (électro qui porte bien son nom)

Dimanche 23 Octobre (Programme en cours d’élaboration, changements probables à venir !)
10h/11h : – ateliers autodéfense (mixte/non mixte)
– ateliers pour une gestion non-violente des conflits par le MAN (mouvement pour une alternative non-violente)
11h/12h30 : table ronde « Le commerce et l’ industrie de l’armement français » (avec l’observatoire des armements et Mathieu Rigouste)
12h30/14H : pause
14h/15h30 : table ronde « De l’ordre colonial à l’état d’urgence permanent, évolution du maintien de l’ordre » (avec les collectifs Désarmons-les, Urgence Notre Police Assassine, Ishkashato, des militants de la cabane juridique de calais )
15h30/16h : pause
16h/17h : discussions : -face à la police/face à la justice, infos pratiques (avec désarmons les/ street-médics/caisse de solidarité)
17h/18h : assemblée de clôture.

Pour les mises à jour, et pour plus d’infos, voir le blog dédié à l’évènement:
http://desarmonslapolice.noblogs.org/

Cliquer sur l’image ci-dessous pour télécharger l’affiche A3, à imprimer et diffuser partout!

Affiche Forum A3 Définitive