secol

[Vaugneray] 21/01 – Projection/Débat de « L’intérêt général et moi »

zad2

En association avec la MJC de Vaugneray et l’association SECOL (Solidarité, Ecologie, Citoyenneté Ouest Lyonnais), nous vous invitons samedi 21 janvier à partir de 15h, salle du Griffon à Vaugneray pour participer au débat avec le film « L’intérêt général et moi », de Sophie Metrich et Julien Milanesi  ainsi qu’avec un sketch et du slam.

Notre Dame des Landes, LGV Sud-Ouest, autoroute A 65 : trois grands projets d’infrastructures mis en œuvre au nom de l’intérêt général et qui ont suscité de très importants mouvements de contestation. Une question se pose : comment, au juste, se forge aujourd’hui en France cette notion d’intérêt général ?
Les réalisateurs ont mené l’enquête en allant à la rencontre des protagonistes de ces controverses : représentants des mouvements citoyens engagés contre ces projets, élus qui les combattent ou les soutiennent, hauts fonctionnaires impliqués dans les décisions, journalistes qui rendent compte de ces conflits. Un film qui interroge le fonctionnement de notre démocratie.

Des artistes du spectacle vivant illustreront à leur manière les actions de résistance citoyenne sur les grands projets inutiles en cours dans notre région.
Un info-kiosque zadiste d’information sera présent.

Les débats se termineront autour d’un buffet éco-festif de la résistance, de la solidarité, et de l’espoir d’une société meilleure pour protéger notre planète et l’humanité.

Des membres du collectif seront présents pour animer le débat et tenir l’info-kiosque.

Venez nombreux et nombreuses!

Publicités

[A45] – Compte-rendu du rassemblement du 07 Juillet

Ce jeudi 07 Juillet, un rassemblement devant l’hôtel de région de Lyon était appelé par différentes associations environnementales, des partis, des collectifs, etc…

Voir ici.

logo

C’était une date importante car il s’agissait du vote du budget d’argent public alloué par la nouvelle région Auvergne – Rhône-Alpes, à la future autoroute inutile et imposée A45. Une somme de 100 millions d’€ devait être votée.
On vient d’apprendre finalement dans l’article de Reporterre suivant qu’il s’agit finalement de 132 millions!

https://reporterre.net/Laurent-Wauquiez-le-demagogue-autoritaire-qui-deteste-l-ecologie

Nous sommes donc allé·e·s devant ce bâtiment munis de nos pancartes, panneaux, t-shirts, etc… Il s’agissait vraiment d’une opération visuelle envers les élu·e·s qui venaient pour voter la continuité de la logique destructrice de notre planète.

IMG_8135

Comme il n’y avait pas de banderoles, une a été fabriquée sur place, sous l’oeil inquisiteur de la police mais qui n’a rien trouvé à redire (sur le moment) car rien d’illégal n’était effectué.

IMG_8139

On a vu entrer du beau monde dans ce conseil général, notamment Christophe Boudot (FN), Brice Hortefeux, et bien d’autres tristes sires…

Une délégation aurait été reçue mais dans tous les cas il n’était pas possible d’assister à la séance sans être inscrit.

IMG_8148

Après quelques clichés la banderole a été fixée devant le bâtiment.

IMG_8154

Tout s’est passé dans le calme sans aucune altercation, ni avec les élu·e·s ni avec les flics.
Cependant, en partant du rassemblement, celles et ceux qui avaient réalisé la banderole sur place, se sont vu·e·s contrôler en arrivant à leur véhicule.

Contrôles d’identités, fouilles, pression pour donner l’adresse postale (?! ce n’est pas légal…), emmerdes pour un opinel, vérification du véhicule, appel pour faire venir l’OPJ, interdiction de fumer & de s’assoir à l’ombre (?!), etc…
Bref, 45min de grosse pression pour nous faire bien comprendre qu’ils nous avaient à l’œil, pour une pauvre banderole (bien qu’ils n’aient pas avoué le motif de l’intervention, ceci dit y’avait vraiment rien d’autre).

Au nom des opposant·e·s, des collectifs, et même plus largement de toutes les personnes révoltées en fRance ces derniers temps, nous ne nous laisserons pas intimider par cet état policier et ses méthodes fascisantes.
Cela ne fait que renforcer notre détermination et nous prouve qu’on gêne vraiment, que nos actions ont du sens.

La lucha sigue